Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monde Laïc

L'information sans filtre

Kamel Daoud tire sa révérence : création d’un Collectif algérien de soutien

Publié par Hebib Khalil sur 19 Février 2016, 20:32pm

Kamel Daoud tire sa révérence : création d’un Collectif algérien de soutien

Est-ce l’écrivain de génie qui met en péril le talentueux journaliste, ou est-ce le ras le bol d’un esprit incompris ?

Au cœur d’une polémique née suite à ses articles sur la "Colognisation" et "la misère sexuelle dans le monde musulman", publiés dans Le Monde et le New-York-Times, Kamel Daoud finit par jeter l’éponge ! Récemment récompensé et reconnu par ses pairs, journaliste de l’année en France, il est aussitôt attaqué par ceux-là même qu’ils l’ont primé et qu’il croyait être de son bord. Taxé d’orientaliste et d’islamophobe, il s’en défend dans sa chronique qu’il tient au Quotidien d’Oran et s’explique : "J'avais écrit, poussé par la honte et la colère contre les miens, et parce que je vis dans ce pays, dans cette terre".

Doté d’une plume redoutable, et d’un style tout en finesse, il a su se forger des années durant, une réputation de puncheur à l’échelle nationale, mais décidément incapable d’encaisser les coups sur la scène international. Certes, il a été victime de coups bas, lâches et douloureux, mais on le croyait capable de tenir, de se battre pour ces idées, de rester debout et d’affronter ces adversaires. Le collectif français des 19 pseudo-sociologues et intellectuels, semblait à sa portée, tant l’argumentaire de l’islamophobie est une invective facile à la limite de la lâcheté.

C’est que ce raisonnement est en passe de devenir dans la bouche de ceux qui l’utilisent, parole d’évangile inquisitoire, discréditant toute critique de la pensée musulmane, et des maux sociaux qu’elle pourrait générer. Acculé dans son coin, coincé par les cordages de la pensée intégriste musulmane et de "l’intelligentsia" occidentale, il a choisi de baisser les bras ! Cela étant -dit, il n’a pas eu beaucoup de soutien de la part de ses compères de journalistes, d’intellectuels et du monde de la littérature, surtout à l’intérieur du pays. Le jalouse-t-on au point de perdre le sens des valeurs communes d’une corporation à laquelle il a eu la première pensée pour son prix de meilleur journaliste de l’année ?

Seul contre tous, les chiens et les loups, le marteau des humanistes et l’enclume des bien-penseurs, l’opium de l’islamisme et le bâton du pouvoir. Il a été jeté en pâture tour à tour, à l’une ou à l’autre de pensées et courants que rien ne rassemble excepté le lynchage de Kamel Daoud ! L’homme finit par craquer, se fissurer, s’effriter. Le procès qu’on lui fait est celui que subissent les idéalistes et les apatrides de la pensée. Ni trop à gauche pour les gauchistes, ni trop à droite pour les droitiers, d’où la rafale de coups qui a eu raison de lui. Le lynchage abusif et le harcèlement qu’il subit, qui pour se venger, qui pour se faire un nom, semble l’avoir assommé.

Avec beaucoup de fierté, nous l’avons vu prendre de l’ampleur; Le Point, Le Monde, Le New-York-Times, ont tous eu le béguin pour cet enfant du "douar" et son génie journalistique. Son erreur, peut-être, c’est de s’être adressé à des lectorats aux sensibilités et aux histoires trop différentes. Toutes les pensées sont défendables, y compris les plus abjecte, il faudrait seulement qu’elles s’inscrivent dans l’air du temps de l’espace et du lieu !!!

Autrement dit, ce qui est acceptable pour nous, ne l’est pas forcément pour le voisin, surtout s’il a des susceptibilités aux antipodes de la nôtre. La pensée unique n’existe pas – dieu merci ! - mais le journalisme comme la littérature peuvent véhiculer des idées et préceptes d’humanistes, avec des valeurs communes aux terriens que nous sommes. Kamel Daoud en est un (humaniste), mais il doit garder à l’idée que les pensées, même les plus nobles, naissent et meurent , puis rejaillissent pour guérir une époque ou sauver une patrie.

Hebib Khalil

J’invite pour finir, en réponse aux 19 obscurantistes néo-colonialistes, 190 intellectuels algériens, universitaires, journalistes, et écrivains, de faire corps avec Kamel Daoud, en se joignant à notre collectif* sous la bannière de la citation apocryphe de Voltaire : "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire."

*Merci de vous joindre à notre collectif. Il vous suffit d’inscrire dans le commentaire en bas de l’article*, votre nom, votre prénom et votre fonction, et d’ajouter la mention j’adhère. Merci à tous

*http://www.lematindz.net/news/19888-kamel-daoud-tire-sa-reverence-creation-dun-collectif-algerien-de-soutien.html#at_pco=smlwn-1.0&at_si=56c76df253ffa397&at_ab=per-2&at_pos=0&at_tot=1

Lire aussi l'article du monde http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/11/les-fantasmes-de-kamel-daoud_4863096_3232.html

Commenter cet article

Saïd Kara 20/02/2016 13:42

J'adhère.

Hebib Khalil 20/02/2016 17:06

Merci de le faire également sur lematindz.net en bas de l'article http://www.lematindz.net/news/19888-kamel-daoud-tire-sa-reverence-creation-dun-collectif-algerien-de-soutien.html

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents